Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog de toutes les infos et documentations
  • Le Blog de toutes les infos et documentations
  • : Pour ceux qui veulent tout savoir sur le monde
  • Contact

Recherche

Archives

10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 18:22

Stronghold

Take 2 se lance donc dans la simulation de château fort, une première dans l'histoire du jeu vidéo, si je ne m'abuse. Concrètement, ça ressemble énormément à n'importe quel STR, c'est-à-dire que vous aurez à votre charge toutes les parties de construction puis de gestion du château avec tout ce que cela implique : exploitation de ressources (bois, nourriture...), préparation militaire, économie. Bref, en tant que Seigneur, vous contrôlerez absolument tout dans votre château.

Test Stronghold PC - Screenshot 1Les éléments de construction s'affichent en bas de l'écran.

Les parties débutent généralement par l'installation du donjon et du grenier pour stocker la nourriture. Ensuite, c'est à vous d'organiser le reste. Les cabanes de bûcherons pour le bois, les postes de chasse pour le gibier, l'armurerie et les casernes pour les archers, les champs de blé, les carrières de pierre, les mines de fer... La logique implacable du genre veut que pour construire un bâtiment il est nécessaire de déjà posséder un stock de bois, de fer, ou de pierres et qu'il faut aussi prévoir un peu d'or pour le futur habitant. De l'or, justement, vous en gagnerez grâce aux impôts que vous prélèverez sur votre peuple. A vous de voir si vous voulez saigner à blanc vos protégés en fixant un impôt exorbitant ou au contraire, si vous voulez leur donner de l'argent pour qu'ils restent chez vous (qui a dit pot de vin ?). Jusque là, rien d'extraordinaire, en tout cas, rien qui pourrait différencier Stronghold de ses petits camarades. En fait, seul le contexte historique du jeu lui permet d'apporter quelques petites innovations telles que la construction de douves remplies d'huile ou l'utilisation de béliers et de catapultes... A noter qu'il est possible d'utiliser les catapultes pour envoyer du bétail malade dans les châteaux adverses ! Une idée très intéressante :)

Test Stronghold PC - Screenshot 2Le feu est une arme redoutable.

Votre popularité joue un rôle primordial dans Stronghold et c'est sans aucun doute l'aspect sur lequel vous devrez vous focaliser. Si votre cote de popularité est assez haute, vous attirerez du monde au château et donc de la main d'œuvre et des soldats. A l'inverse, en étant impopulaire, vous ferez fuir tout le monde et vous vous retrouverez bien vite tout seul. Pour influer sur la popularité, vous pourrez bien sûr jouer sur les impôts, mais aussi sur les rations de nourriture. Vous pourrez également organiser des événements spéciaux (foires, spectacles, mariages...) ou construire des auberges (pour la bière) afin de divertir tout le monde. Une autre méthode consiste à régner par la terreur en construisant des potences, des cachots et des tables d'écartèlement.

Test Stronghold PC - Screenshot 3Diriger un aussi grand nombre de soldats n'est pas toujours facile.

Stronghold compte de nombreux modes de jeu. Que vous préfériez la gestion ou le combat, vous trouverez facilement votre bonheur. Les plus pacifiques d'entre vous, trouveront donc une petite campagne ainsi que plusieurs missions uniquement basées sur l'économie et la gestion. De même, les plus violents s'amuseront avec les missions de sièges ou d'invasions qui consistent donc à défendre ou à s'emparer d'un château. La campagne principale (une vingtaine de missions) mélange, elle, les deux aspects du jeu avec en toile de fond un scénario de guerre teinté de vengeance personnelle. Bien entendu, le multi-joueur n'est pas en reste et que ce soit par internet ou en réseau local, vous pourrez vous adonner aux joies du château fort à plusieurs. Un éditeur de cartes et un mode de construction libre ont aussi été inclus pour prolonger le plaisir.

Test Stronghold PC - Screenshot 4Vous pouvez utiliser une vue plus éloignée.

Malgré son moteur 2D un peu cheap, Stronghold parvient à garder un niveau visuel tout à fait convenable. Les sprites sont assez détaillés et on ne rencontre aucun problème pour reconnaître la fonction de chaque personnage dès le premier coup d'œil. De nombreuses animations sur les cartes (feuilles des arbres agitées par le vent, animaux qui courent, cascades d'eau) donnent beaucoup de vies aux différents environnements. Le son n'est pas mal non plus même si les voix sont un peu bizarres. Les acteurs ont tenté de prendre un accent moyenâgeux (si tant est qu'il en existe un !) assez ridicule qui dénote clairement avec le reste du jeu beaucoup plus sérieux. Les musiques et bruitages sont quant à eux très bons. J'aime particulièrement les clameurs et les cris des soldats lors des invasions.

Test Stronghold PC - Screenshot 5L'organisation du château sera sous votre responsabilité.

L'interface, tout à la souris, n'est malheureusement pas très convaincante. Impossible par exemple de faire pivoter les éléments de construction (murs, maisons...) avant de les placer. Pour les orienter de la manière souhaitée, il faut en fait faire pivoter la carte elle-même ! Vous pouvez imaginer la lourdeur de la procédure... Impossible, non plus, de sélectionner des unités autres que militaires. Ainsi, si un bûcheron rencontre un ennemi, vous ne pourrez rien faire pour le sauver et vous assisterez impuissant à sa mort. Ces quelques remarques sont, à mon avis, les seuls défauts du jeu. Bien sûr, on peut quand même se demander si le jeu n'est pas un peu répétitif. Tout dépend en fait du joueur et de la tactique adoptée. En tout cas, Stronghold dispose d'assez d'éléments pour diversifier les parties le plus possible. Pour résumer, c'est un bon titre qui trouvera sa place chez tous les passionnés de Moyen-Age.

Stronghold Crusader

Fini les châteaux forts européens bien planqués à l'orée des bois, place aux places fortes en plein désert. Avec ce stand alone basé sur son simulateur de château, Take 2 nous dépayse en nous proposant de revivre les Croisades des onzième et douzième siècles. Décidément, avec Stronghold, on joue la carte de l'original jusqu'au bout.Dans la pratique, le gameplay ne connaît pas vraiment de révolution et c'est exactement le même système de jeu que l'on retrouve ici. Sans entrer dans les détails, je vous rappelle que l'on se situe dans un système à la frontière entre le STR et le jeu de gestion. Il vous est donc toujours proposé de bâtir votre forteresse, de gérer vos ressources tant humaines que vivrières et bien sûr les classiques matières premières nécessaires à la construction de bâtiments ou d'objets (armes, machines de guerre mais aussi boulangerie et moulins, etc.). On peut dire que le but du jeu dans Stronghold est, à la base, de gérer efficacement son château et d'être apte à faire face à toute situation, y compris militaire. Une simulation réaliste donc, puisqu'après tout, les seigneurs ne passaient pas absolument tout leur temps à se foutre sur la tronche (une bonne partie soit, mais tout de même...). Tout ça pour vous dire que les aficionados du titre original auront tôt fait de retrouver leurs marques.

Test Stronghold Crusader PC - Screenshot 1On en apprend des choses. Et puis ça met dans le bain.

Alors quoi de neuf dans Crusader ? Une nouvelle ambiance tout d'abord. C'est d'ailleurs un véritable cours d'histoire qu'on nous prodigue. Avant chaque mission du mode campagne, un bref commentaire vous présentera la situation historique et le contexte précis dans lequel vous devrez remplir vos objectifs. C'est presque ludo-éducatif (mais pas trop, pas peur) et en tout cas, ça met bien dans l'ambiance. Le nouveau mode campagne, vous l'aurez compris vous offre donc un scénario qui vous emmènera à la conquête d'Héraclée d'Antioche, et de Jérusalem. Mais ce changement géographique aura tout de même une certaine influence sur votre jeu, le désert est un milieu hostile et le moindre oasis deviendra un précieux trésor.

Test Stronghold Crusader PC - Screenshot 2Des batailles épiques.

Autre nouveauté, un éditeur de scénario et surtout un mode escarmouche qui vous mettra à rude épreuve dans une cinquantaine de missions toutes neuves! Pas moins. Le tout étant, bien entendu, jouable online. Citons aussi le mode construction libre qui permettra aux gestionnaires de bâtir et de gérer la vie de leur château en toute sérénité, sans craindre de subir les assauts d'une horde de guerriers hargneux (attention tout de même aux lions). Et enfin, dernier point, SC est livré en série avec de nouvelles unités et bâtiments (soulignons au passage l'importance des églises et le poid de la Foi de vos habitants) ainsi que la possibilité de choisir son camp selon que l'on se sente l'âme d'un Richard Coeur de Lion ou d'un Saladin.

Test Stronghold Crusader PC - Screenshot 3Dans le désert pas d'eau, donc gare au feu.

Voilà, c'est en définitive un beau lifting que s'offre Stronghold. Une nouvelle ambiance, un nouveau scénario, de nouveaux modes de jeux. Le gameplay ayant déjà fait ses preuves, on ne dira rien sur le sujet. Seule la réalisation à pris un très léger coup de vieux, le jeu a tout de même un an, mais ça reste très correct. Si vous avez aimé l'original, vous aimerez le stand alone, quant aux non-initiés, ils se feront sûrement plaisirs, d'autant plus que, comme tout stand alone, il ne nécessite pas le jeu d'original.

Partager cet article

Repost 0

commentaires