Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog de toutes les infos et documentations
  • Le Blog de toutes les infos et documentations
  • : Pour ceux qui veulent tout savoir sur le monde
  • Contact

Recherche

Archives

10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 09:12
Commando 2


Nous voici donc confronté aux forces du troisième Reich et posté sur le front pour devenir le fer de lance des troupes alliées. Le background de Commandos 2 ne rompt pas avec le précédent opus et s'efforce comme auparavant de mêler fiction et faits historiques au coeur d'une guerre sanglante. Le principe de jeu est bien entendu identique et nous retrouverons ici tous les ingrédients qui avaient fait le succès du premier titre et de son extension. Le tout a subi toutefois un sérieux ravalement de façade au cours des quatre ans de développement qu'il aura fallu pour nous livrer un titre aussi époustouflant. Commandos 2 ce sont donc de nouveaux personnages à diriger, de nouvelles interactions avec l'environnement des interventions à l'intérieur des bâtiments, des combats de nuit et bien entendu une foule de nouvelles possibilités. Comme précédemment c'est donc un titre totalement addictif que nous offre Pyro et qui se veut véritablement stimulant en dépit de son niveau de difficulté qui devrait en scotcher plus d'un.
Test Commandos 2 PC - Screenshot 23Des décors très travaillés.

C'est donc parti pour une dizaine de missions dans quelques neufs environnements différents, la variété est donc déjà présente à ce niveau mais se retrouvera bien entendu également dans les objectifs de missions qui s'avèrent beaucoup plus fouillés que dans la première mouture de Commandos. On dispose cette fois-ci de neuf personnages et s'il est permis de retrouver quelques figures marquantes déjà rencontrées auparavant, on découvre à l'occasion de cette suite Natasha qui use de ses charmes pour tromper l'ennemi ainsi que Paul le jeune voleur qui s'avèrera bien utile lorsqu'il s'agira de traverser un camp suspendu à des fils électriques ou encore lorsqu'il s'agira de dérober un objet au nez et à la barbe des allemands. Mais c'est également une foule de nouveaux objets qui font leur apparition. Les armes sont plus variées et on découvre les joies du cocktail Molotov, des charges à télécommandes mais également de quelques surprises comme le rat du voleur très utile pour distraire l'ennemi ou encore le chien qui devrait rendre quelques loyaux services. Bref, de nombreuses nouveautés qui comprennent également de multiples possibilités d'interactions avec l'environnement qui devient un terrain de jeu encore plus attrayant. Il est désormais possible de faire les poches de chaque ennemi tué ou carrément de lui retirer ses vêtements, on grimpe aux poteaux électriques, on utilise des cisailles pour passer les barbelés ou encore un chalumeau pour réparer ou créer certains objets. Difficile d'être exhaustif et de faire le recensement complet de tout ce qu'apporte de nouveau ce Commandos 2 mais toujours est-il que les fans du premier opus devraient devenir encore plus mordus avec ce second volet.

Test Commandos 2 PC - Screenshot 24L'apparition de missions de nuit.

Au niveau des commandes on note quelques variations qui ne déstabiliseront toutefois pas les joueurs. Des ordres contextuels deviennent désormais possibles en fonction des situations et des compétences des commandos en présence et il est même possible d'afficher toutes les actions possibles sur les objets. Inutile de dire qu'une fois encore il faudra faire fonctionner ses méninges, les « Gros Bill » devront ici passer leur chemin. La progression est lente, risquée et fera l'objet d'une minutie toute particulière. En découle bien évidemment un niveau de difficulté particulièrement balaise même dans le mode le plus facile qui se voit accompagné d'un mode réaliste et d'un mode difficile ( prise de tête assurée ). Reste à signaler qu'il arrive que l'on rencontre quelques difficultés à déclencher certaines actions au début et même les joueurs ayant bien largement pratiqué le premier titre devraient ici perdre leurs marques durant les premiers pas dans ce jeu.

Test Commandos 2 PC - Screenshot 25De nombreux effets.

Au niveau des graphismes, Commandos premier du nom a droit à un sacré lifting. Plus de détails une résolution plus importante mais surtout un nouveau moteur 3D qui permettra de faire des rotations incroyables de la caméra pour profiter des somptueux environnements mais également prendre connaissance de toutes les subtilités que recèlent les différentes cartes. Les zooms sont également permis et on découvrira pour la première fois des missions de nuit mais surtout la possibilité de rentrer dans les bâtiments pour faire autre chose que s'y cacher. Il est désormais possible d'y effectuer des actions et de visiter ainsi de nombreuses maisons. Les animations sont quant à elles particulièrement soignées et quelques effets accompagnent désormais un certain nombre d'actions. Côté sonore c'est la cerise sur le gâteau puisque si les musiques sont tout bonnement ahurissantes par l'ambiance qu'elles parviennent à restituer et bien entendu par leur qualité, les effets sons et les voix sont eux aussi à mourir.

En bref, les accros de Commandos premier du nom ne devraient pas hésiter une seule seconde à se procurer ce titre alors que les autres trouveront ici une excellente occasion de se frotter à un titre difficile mais d'anthologie. Commandos 2 balaye tout sur son passage pour devenir sans conteste la nouvelle référence de sa catégorie.

Commando 3

Ayant droit au sous-titre Destination Berlin, vous vous douterez bien que ce Commandos 3 renoue avec ses aînés pour ce qui est du background. Les objectifs se déroulent toujours pendant la seconde guerre mondiale et ce au travers de missions se passant sur 3 campagnes. Ces missions seront de plusieurs ordres comme détruire des camps nazis tenant lieu de surplus militaire, saboter du matériel, éliminer un haut dignitaire allemand, etc. Les cinéphiles remarqueront d'ailleurs qu'une des campagnes, Stalingrad, commence avec une mission faisant écho au somptueux film de Jean-Jacques Annaud, Stalingrad (Enemy At The Gates), lui-même inspiré de faits réels. Pour rappel, ce long-métrage nous narre l'aventure d'un jeune sniper russe Vassili Zaïtev confronté au meilleur tireur d'élite de l'armée allemande, le major Konig (joué par un charismatique Ed Harris, on s'incline s'il vous plaît). Bref, l'ambiance est une fois de plus incroyable, magnifiée par des décors qui tiennent plus de l'oeuvre d'art que du simple écran de jeu !

Test Commandos 3 : Destination Berlin PC - Screenshot 46Même en tant que béret vert, je doute que vous fassiez le poids face à ce tank !

On est un peu déçu de voir que de neuf personnages dans Commandos 2, nous passons à seulement 6 membres avec bien sûr les figures connues que sont Jack O' Hara le béret vert, René Duchamp, l'espion ou James Blackhood le plongeur. En sus des trois compères, vous dirigerez également un sniper, un voleur et un artificier. Bref, à ce niveau on est en terrain connu. Vous pourrez aussi contrôler au cours des missions des personnages alliés qui sont regroupés sous 6 types différents : soldat, mitrailleur, parachutiste, fusilier, grenadier et artilleur, et qui ne pourront jamais tomber à court de munitions, ce qui s'avérera très pratique. Pour le reste, vous devrez faire preuve de beaucoup de tact pour mener à bien vos objectifs. Ici, c'est bien la réflexion qui va primer avant tout. Vous devrez constamment prendre en compte votre environnement pour arriver à vos fins. Vous devrez monter à un mur pour atteindre une planque en hauteur pour viser vos ennemis, là vous serez obligés de ramper sous une rangée de camions pour vous retrouver derrière une sentinelle et lui trancher la gorge, etc. En fonction des challenges, on vous dépêchera les membres les plus à même de remplir les objectifs. Là encore, on sent tout de suite que Commandos 3 ne cache en rien son côté « actionner » puisque dans la plupart des cas seuls deux soldats pourront être dirigés contre 6 membres à certains moments dans les précédents opus. Il n'empêche que le jeu est toujours aussi difficile, un peu trop même et si vous n'avancez pas prudemment vous vous retrouverez vite à six pieds sous terre. A ce sujet sauvegardez très souvent !!

Test Commandos 3 : Destination Berlin PC - Screenshot 47Le tutorial, bien que manquant d'informations, est joliment mis en scène.

Commandos 3 propose autant de possibilités que ses prédécesseurs. De nombreuses armes seront à votre disposition (fusil, couteau, pain de plastique, cocktail molotov, pistolet mitrailleur, seringue hypodermique, bazooka, corde de piano...), vos soldats auront tous des capacités spécifiques (l'espion pouvant se déguiser, le plongeur utilisant un grappin pour atteindre des endroits en hauteur, le voleur escaladant les murs, le sniper pouvant tirer depuis un poteau, etc.) et ceci sera bien sûr à exploiter pour réussir vos missions. En plus de faire mumuse dehors, la possibilité de rentrer dans les bâtiments vous sera toujours donnée. A se rappeler si par exemple vous vous retrouviez acculé par l'ennemi et qu'une fenêtre salvatrice vous tend les bras vous invitant à prendre congé de vos hôtes indésirables.

Test Commandos 3 : Destination Berlin PC - Screenshot 48Dès le départ, la difficulté sera bien présente.

Inutile de tergiverser sur les graphismes de Commandos 3, les espagnols de Pyro Studios étant passés maître dans l'art de nous concocter de véritables oeuvres d'art. Pour tout dire, on ne cesse de se décrocher la mâchoire en parcourant le soft. Les environnements sont variés, magnifiques, le jeu est truffé de petits détails qui font toute la différence, et les conditions climatiques nous jettent dans un monde virtuel criant de réalisme. Mais l'aspect artistique ne s'arrête pas là puisque la bande-son est au moins aussi peaufinée que l'aspect esthétique. Les doublages français sont de très bonne facture (même si les commentaires de vos hommes irritent un peu au bout d'un moment), les bruitages sont surprenants et achèvent complètement le joueur qui rien qu'à entendre le bruit de la pluie drue qui s'acharne sur ses hommes aura l'impression d'être mouillé à son tour.

Test Commandos 3 : Destination Berlin PC - Screenshot 49Rappelez-vous des conseils du grand-père de Vassili et appuyez sur la gâchette.

Question interface, le tout se veut simplifié par rapport à Commandos 2 même s'il est dommage que la barre des tâches rogne pas mal le bas de l'écran. Vous pourrez en deux clicks échanger vos objets avec votre camarade, pour peu qu'il soit près de vous, changer d'armes en un clin d'oeil, distinguer facilement les ennemis et leur champ de vision, assommer (ou tuer) une sentinelle et la ligoter... Pour plus de facilité vous pourrez aussi afficher via plusieurs fenêtres l'endroit où se trouvent vos hommes, une constante ceci dit dans la série. Par contre bien qu'on puisse zoomer ou naviguer entre quatre angles de vue, il est déstabilisant en pleine action de changer d'angle, cette action étant un peu sèche dans son déroulement et cachant de plus certaines parties de décor ou votre homme, arf. Je pense que vous le savez mais vos hommes devront constamment courir, ramper, monter des échelles, nager, se cacher dans des coins sombres pour éviter leurs ennemis, et oui la vie de soldat n'est vraiment pas une partie de plaisir.

Test Commandos 3 : Destination Berlin PC - Screenshot 50Faites les poches des nazis pour prendre leurs vêtements ou tout autre objet.

Si Commandos 3 : Destination Berlin mise un peu plus sur l'action en nous donnant uniquement deux ou trois membres à diriger en même temps, il n'en demeure pas moins un somptueux titre d'action/infiltration destiné avant tout aux amoureux de la série de part une difficulté qui découragera à n'en point douter les joueurs désireux de s'initier au genre. Une réalisation technique éblouissante, une durée de vie conséquente grâce notamment à un mode multijoueur où 12 combattants peuvent participer, tout ceci au service d'un titre qui reste plus que jamais corsé dans sa progression mais tellement captivant à explorer !

Partager cet article

Repost 0

commentaires